Catégories
Matelas

Les vertus de la laine sur la santé

La laine est la composante principale du matelas en laine.

Si la laine est bien sélectionnée par le fabricant de matelas, toutes les conditions sont réunies pour le matelassier de vous créer un lit douillet.

Au delà des dimensions pratiques et écologiques que confère la laine au matelas, cette dernière a surtout des bienfaits pour la santé de la personne qui s’allonge sur un matelas en laine.

Si vous avez ou êtes prédisposé à des problèmes d’allergie, des problèmes cardiaques ou encore des problèmes de sudation, nous apportons ici quelques precisions sur le role que peut jouer un matelas en laine pour les soulager ou les prévenir.

La physiologie de la laine

La laine est le composant principal d’un literie en laine.

La laine est une fibre textile naturelle d’origine animale, provenant de la sécrétion pileuse du mouton.

La laine est composé d’un constituant fondamental: la kératine. Elle est une protéine organique. Elle se trouve également dans d’autres parties du corps humain:

  • ongles
  • cheveux

Les caractéristiques structurelles de la laine de mouton

Forme d’une fibreDiamètreLongueur
Cylindrique plus ou moins ondulé16 à 40 microns30 à 650 mm

La structure de la laine lui confère les propriétés suivantes:

  • une bonne élasticité
  • une très grande souplesse
  • des pouvoirs thermiques et absorbants importants
  • une relative infroissabilité
  • une grande facilité de teinture

Le préservation de l’activité de l’organisme humain

La laine agit comme un régulateur des interactions du corps de la personne lors de son repos.

La laine en effet réunit naturellement deux caractéristiques indispensables à la protection et au confort physiologique du corps humain :

  • La laine est adiathermique : elle permet au corps de conserver une température constante en l’isolant des variations climatiques extérieures.
  • La laine absorbe l’humidité : La laine favorise la respiration de la peau et l’évacuation de la perspiration du corps sous forme de vapeur d’eau.

La combinaison de ces deux facteurs qu’elle est l’une des rares fibres naturelles à posséder rend la literie avec un matelas en laine performante au niveau du confort physiologique qu’il procure.

La laine joue alors un rôle de régulateur.

L’isolation thermique

L’isolation est déterminée par la présence d’une couche d’air entre deux matières. Cet air stationnaire ne peut être remplacé, ni par de l’air froid ni par de l’air chaud.

De par sa structure originelle, la laine est un excellent isolant thermique :

  • elle pousse naturellement frisée et le demeure quelque soient les processus de transformation qui lui sont appliqués.
  • la structure de la fibre est irrégulière en surface et revêtue d’écailles se superposant comme des tuiles.

Ces caractéristiques structurelles permettent à la laine de retenir l’air dans ses fibres, et de freiner son déplacement.

L’air ainsi capturé permet d’isoler le corps de toute agression thermique extérieure.

L’absorption d’humidité

La laine laisse aussi la peau respirer en absorbant l’humidité.

Les conditions d’un mode de couchage apportant un bien-être physiologique sont un équilibre entre:

  • une température agréable
  • un taux d’humidité raisonnable

La liane est composée de kératine. C’est cet élément naturel qui confère à la laine sa capacité d’absorber l’humidité que tout corps humain dégage, même au repos.

La fibre de laine a la plus importante capacité d’absorption de l’humidité en comparaison de celle des autres textiles (végétaux ou synthétiques). Elle peut emmagasiner jusqu’à 30 % de son poids en eau sans paraître mouillée. Cette propriété est par exemple 20 à 30 fois supérieure à la plupart des fibres textiles synthétiques.

Ce pouvoir d’absorption se fait à l’intérieur des fibres, ce qui permet à l’air maintenu entre elles de rester plus sec et de préserver le corps d’une sensation de moiteur peu agréable. L’humidité est ensuite transmise vers l’extérieur du couchage, évitant ainsi le refroidissement du corps.

Le matelas de laine est donc une des solutions naturelles pour lutter contre l’hypothermie nocturne liée à la baisse de la température extérieure.

La literie de laine respire. Elle est saine et apporte une climatisation naturelle.

La régulation du rythme cardiaque

Des études ont aussi prouvé que dormir sur un matelas en laine permet un rythme cardiaque plus régulier que lorsque l’on dort sur un matelas en fibres synthétiques.

Cela serait dû à la régulation thermique développée plus haut qui fait que le matelas est moins chargé en électricité statique, ce qui sollicite moins le cœur.

Le matelas en laine peut aussi jouer un rôle pour soulager le coeur.

Les fibres naturelles et les allergies

L’allergie est la pathologie chronique la plus fréquente du monde occidental.

La poussière de maison est le plus souvent incriminée que ce soit par les patients et même souvent par des médecins. On entend souvent : « je suis allergique à la poussière ».

En réalité, la poussière de maison n’est pas un allergène en soi, mais une mosaïque d’allergènes qui comprend entre autres :

  • des acariens
  • des phanères animales (chats, chiens, rats, souries, etc…)
  • des moisissures
  • des pollens
  • des débris d’insectes (puces, mites, punaises de lit, etc…)

En raison de son extrême diversité allergénique, il est difficile de qualifier la « poussière de maison » à proprement dit comme allergène.

La « poussière de maison » est avant tout un ensemble d’allergènes qui prospèrent dans les fibres de nos textiles de maison. Les allergologues se sont donc penchés sur les types de textile pour évaluer leurs risques sur le santé des dormeurs.

Les fibres naturels sont-ils plus allergéniques que les fibres synthétiques ?

Arrêtons d’abord sur l’un des stéréotypes principal, qui s’est ancré avec le temps, laissant à penser que les fibres naturelles ne sont pas bonnes pour les personnes souffrant d’asthme et de maladies allergiques respiratoire: les textiles naturels en général et à la laine en particulier, constituent un réservoir d’allergènes, non seulement entretenant certaines allergies respiratoires et cutanées de sujets déjà sensibilisés (aux acariens notamment) mais aussi favorisant de nouvelles sensibilisations.

De ce stéréotype dont il est difficile de cerner les fondements objectifs, ont découlé des recommandations qui se sont largement diffusées dans la population: éliminer des fibres naturels des chambres à coucher lorsqu’on souffre d’allergies.

Les médecins conseillaient par exemple aux parents d’enfants allergiques (aux acariens) de supprimer les oreillers en plume au profit de ceux en synthétiques, sans aucun argument scientifique.

Les mesures de lutte contre les allergies se sont souvent réduite à l’élimination des textiles naturels, sans plus de nuance (notamment par rapport aux fibres synthétiques) et en gommant la complexité des causes des allergies.

De manière automatique, cela a fait la part belle aux fibres synthétiques, correspondant aussi à la dominance toujours plus grandissante des industrielles sur le marché des articles de literie (matelas, sommiers, linges de maison, sur-matelas, oreillers, etc…). Auraient-ils une encore fois « fait du lobbying » pour pousser une alternative renforçant leurs intérêts, à l’encontre de santé du consommateur ?

Ces stéréotypes se sont toutefois vus progressivement détricoter pour rétablir les bienfaits des alternatives naturelles par rapport aux maladies allergiques.

Cela commence d’abord par l’expérience malheureuse de Fitzharris en 1999 autour des oreillers synthétiques qui a permit de démontrer que la nature des tissus n’a aucune influence sur les concentrations en allergènes.

Ensuite, dans les années 2010, une étude du Professeur Pascal Demoly du laboratoire de recherche l’INSERM à Montpellier a retrouvé 5 à 8 fois plus d’allergènes acariens et 8 à 10 fois plus d’allergènes de chat et de chiens sur les oreillers synthétiques.

Il y a aussi une prévalence de sifflements dans la poitrine et d’asthme par rapport aux enfants possédant un oreiller en plume qui est accrue.

Cette étude fait écho aux résultats obtenus dans les études de Zacharasiewitz en 2000 et de Ponsonby en 2002 qui montrent que l’asthme est également plus fréquent chez les enfants utilisant des textiles synthétiques dans leur literie.

Les textiles avec des fibres naturelles ne sont donc pas plus allergéniques que les textiles avec des fibres synthétiques, bien au contraire comme tend à le prouver ces études scientifiques.

Même si les stéréotypes persistent car il n’est jamais simple de rétablir un jugement qui a prospéré pendant tant d’années, la science reprend progressivement le pas pour apporter aux consommateurs des informations plus nuancées et surtout s’appuyant sur des éléments rationnels.

La science permit ainsi la réhabilitation des literies naturelles comme le matelas en laine ou le sommier tapissier.

Au-delà des études scientifiques, c’est le cas suédois qui est devenu une preuve empirique des liens entre le type de fibres (fibre naturelle vs. fibre synthétique) et les allergies. Le gouvernement en Suède a en effet imposé depuis 1975 des conditions restrictives quant à l’utilisation de la moquette de laine. Il s’en est suivi une chute historique de la consommation de moquette passée de 15 millions à 2,2 millions de m², entre 1975 et 1990. Or, parallèlement à cette quasi éviction, et durant la même période, on a observé une augmentation de 312 % des maladies respiratoires (0,8 à 3,3 millions de personnes concernées).

Nous allons maintenant approfondir le sujet de la laine comme fibre naturelle et de ses propensions allergéniques.

Le lien entre la laine et les allergies

L’allergologue Pascal Demoly a aussi réalisé des études approfondis sur la laine et les produits en dérivant.

Ces recherches mettent en évidence que la fibre de laine est trop longue et trop épaisse pour pouvoir être inhalée.

C’est de plus une fibre naturelle et anallergique, qui:

  • ne favorise pas la prolifération des bactéries ou des acariens
  • ne dégage pas de substances nuisibles.

Cette étude a même constaté que les moquettes en laine ont un effet bénéfique sur la santé, à condition de les entretenir régulièrement.

Dans la littérature scientifique, il n’y a pas de cas documenté d’allergie causé par la laine, même chez les sujets fortement exposés tels que les ouvriers de la laine (Moscato, 2000).

Il est illusoire d’incriminer les textiles naturels tels que la laine. La seule mesure de prévention en cas d’allergies respiratoires passe par l’éviction des allergènes grâce au respect de certaines règles d’hygiène.

Pour lutter contre les allergènes

D’après Pascal Demoly, la reconnaissance du rôle des allergènes de l’intérieur comme cause d’asthme et de maladies allergiques respiratoire a pour corollaire l’éviction allergénique dans la prise en charge des patients.

Cette éviction doit être mise en œuvre dès que possible, afin de diminuer la survenue ou l’aggravation d’une maladie allergique respiratoire. Les études ont montré l’efficacité de telles procédures quand elles étaient prolongées, précoces et complètes.

Quelques mesures essentielles pour lutter contre les allergènes:

  • Réduire des taux d’humidité intérieurs sous le seuil de 45 % durant les mois d’hiver
  • Aérer très régulièrement toutes les pièces de la maison et particulièrement les chambres à coucher jusqu’à 5 fois 10 minutes dans les habitations récentes ayant une très « bonne » isolation.
  • Ne pas trop chauffer les habitations et à maintenir une température inférieure à 19° C dans les chambres.
  • Aspirer régulièrement avec un aspirateur ayant un filtre HEPA (Haute Efficacité pour les Particules Aéroportées).
  • Recouvrir les matelas et les couettes d’une housse lavable, l’eau à 60° C
  • Passer régulièrement l’aspirateur sur vos literies.

Plus généralement, nous avons mis en place des guides détaillant des solutions prennes contre les nuisibles:

Tous les nuisibles ne sont pas des allergènes aussi reconnus que les acariens mais ils participent activement à la diversité allergénique de la « poussière de maison ».

L’absorption du formaldéhyde et autres C.O.V

Dans une étude sur « l’absorption et la fixation par la laine des polluants de l’air des locaux, comme le formaldéhyde » réalisé par Gabrielle Wortmann de l’institut Allemand de recherche sur la laine, ce dernier démontre que la laine de mouton est une solution durable pour l’absorption des formaldéhydes et des COV.

Que sont les formaldéhydes et les C.O.V ?

Le formaldéhyde fait partie de la famille des C.O.V (Composés Organiques Volatils).

On le retrouve dans:

  • les matériaux de construction
  • les meubles (panneaux de particules ou de fibres)
  • certaines peintures, colles et résines
  • certaines moquettes et mousses
  • certains tissus d’ameublement
  • certains nettoyants

Ils s’évaporent plus ou moins rapidement à la température ambiante et se retrouvent ainsi dans l’air que nous respirons.

Le formaldéhyde est classé comme substance cancérigène et allergisante. C’est le premier polluant de l’air intérieur, y étant 5 à 50 fois plus important qu’à l’extérieur. Ses nuisances augmentent avec le taux d’humidité, la température et le confinement.

Les propriétés de la laine offrent des solutions comme absorbant de ces polluants de l’air.

Quelle est l’expérience menée par Gabriel Wortmann ?

Les cloisons d’une chambre d’expérimentation ont été munies de panneaux de plâtre recouverts d’une couche de feutre aiguilleté de laine de mouton.

Après 24 heures, la teneur en formaldéhyde de la pièce passe de 300 parties par million initialement à moins de 0,7 parties par million. Cela correspond à l’élimination de plus de 95 % du formaldéhyde.

Ce polluant a donc été absorbé par les fibres de laine.

Il réagit chimiquement avec certains acides aminés qui composent la kératine de la laine.

  • étape 1: il réagit avec la lysine et la glutamine des longues chaines de microfibrilles
  • étape 1: il réagit avec la matrice riche en soufre (cystine et cystéine) des chainons transversaux.

Le formaldéhyde est éliminé de manière stable et non-réversible.

La laine de mouton apparaît donc comme une solution pour absorber cette pollution.

Pour conclure sur les vertus de la laine sur la santé

La laine regorgent de bienfaits extraordinaires comme l’ont démontré plusieurs études.

Dans le processus de fabrication d’une literie artisanale et naturelle, ces derniers sont mis au service de votre lit pour offrir un confort de couchage optimal de manière quotidienne.


Toutes les autres conseils et guides pratiques sur votre literie