Catégories
Matelas

Contre l’obsolescence programmée

Nos produits ont une espérance de vie qui se réduit.

Les cycles de renouvellement de nos objets du quotidien se réduisent, nous incitant de manière pernicieuse à les changer dans une optique de consommation.

Il peut alors naître le sentiment de ne plus être souverain dans notre rapport à la consommation.

Si l’objet devenu obsolète n’est pas changé, nous sommes progressivement mis en marge de la société.

Ne parlons même pas des conséquences environnementales, sociales et sociétales de telles pratiques.

Face à ce constat, que fait-on ?

Nous avons une réponse :

Équipez vous d’un matelas en laine !

C’est une solution qui est sûrement imparfaite mais qui a le mérite d’exciter.

Humblement nous avons pris la plume pour vous partager un objet qui nous tient à cœur, qui est si essentiel à une vie équilibrée et qui s’inscrit dans le contre-pied de cette technique.

Il ne s’agit pas ici de porter un jugement moral sur cette pratique mais d’ouvrir une voix différente pour vous apporter des solutions aux personnes qui ne sont pas à l’aise à l’idée d’avoir un objet dont la fin de vie est programmée par celui même qui le produit.

  1. Qu’est-ce que l’obsolescence programmée ?
  2. Comment l’obsolescence programmée fonctionne-t-elle ?
  3. La Loi face à l’obsolescence programmée
  4. Comment lutter contre l’obsolescence programmée ?
  5. L’univers de la literie face à l’obsolescence programmée
  6. Le matelas en laine contre l’obsolescence programmée

Nous critiquons cette pratique qui s’est normalisée alors qu’elle va à l’encontre de l’intérêt commun. C’est donc au travers d’exemple concret comme celui du matelas en laine qu’il nous ait donné l’occasion de convertir nos paroles en acte.

Qu’est-ce que l’obsolescence programmée ?

L’obsolescence programmée est un procédé qui vise à réduire volontairement la durée de vie d’un produit afin d’en accélérer le renouvellement.

L’objectif est assez simple… en réduisant la durée de vie des produits, les entreprises poussent le ré-équipement, la surconsommation… pour vendre toujours plus !

Les types d’obsolescence programmée

L’obsolescence programmée peut prendre plusieurs formes, mais il y en a 3 principales :

  • L’obsolescence technique
  • L’obsolescence esthétique
  • L’obsolescence logicielle

L’obsolescence technique

Elle est aussi appelée obsolescence fonctionnelle ou structurelle.

Elle consiste à ce qu’un composant vital du produit ne fonctionne plus au bout de X jours/mois/années et qu’il ne soit pas remplaçable (évidemment !).

Conçue et fabriquée pour rendre la réparation inaccessible, cette obsolescence nous oblige à changer d’appareil dès lors que celui-ci ne fonctionne plus.

L’obsolescence esthétique

Elle est aussi appelée obsolescence psychologique ou culturelle.

L’objectif en sortant un nouveau produit est de communiquer sur le fait qu’il est plus performant, plus rapide ou bien plus beau !

Ce « marketing de l’obsolescence » vise à rendre l’appareil que nous possédons obsolète.

Largement répandu sur le marché des produits électroniques, on constate aussi cette obsolescence dans le monde du textile/mode/habillement.

L’obsolescence logicielle

Ce type d’obsolescence concerne majoritairement les produits électroniques.

Elle recouvre plusieurs techniques :

  • la limitation de la durée de support technique par rapport à la durée d’utilisation réelle
  • l’incompatibilité de format entre ancienne et nouvelle version du logiciel : la mise à jour obligatoire qui est trop lourde et qui fait donc ramer l’appareil, causant des dysfonctionnements et incitant à racheter un produit.

Son objectif : rendre un produit obsolète en le privant ou en l’obligeant à faire une mise à jour pour le rendre inutilisable.

On peut facilement imager ce type d’obsolescence avec l’exemple des mises à jour Apple qui ne se font plus sur les plus anciens modèles de la marque.

Heureusement, des organismes comme HOP ou la DGCCRF (Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes) veillent et militent pour limiter ce type d’obsolescence.

Pourquoi lutter contre l’obsolescence programmée ?

De telles pratiques ont des effets négatifs à tous les niveaux :

  • des conséquences environnementales
  • des conséquences économiques
  • des conséquences sociales
  • des conséquences sociétales

Ce sont les conséquences environnementales qui sont les plus visibles et directes.

Malheureusement les conséquences environnementales de ces procédés sont catastrophiques et irréversibles.

En effet, afin de produire des matelas, des machines à laver et autres types de produits, il faut extraire des matières premières, des matières qui sont souvent des ressources limitées, difficiles à extraire ou/et polluantes.

Quelques exemples parmi tant d’autres des conséquences de la surproduction :

  • Changement climatique
  • Diminution de la biodiversité
  • Pollution

En moyenne, on produit 120 000 tonnes de déchets de matelas par an, soit concrètement le volume de la tour Eiffel.

Il est évident que sans l’obsolescence programmée ce chiffre serait bien plus bas !

Tout le monde a déjà fait face à l’un de ces types d’obsolescences programmées…

Face aux effets collectés de la réduction du cycle de vie des produits, le pouvoir politique essaye de réguler tant bien que mal ce procédé.

Les dispositions légales pour lutter contre l’obsolescence programmée

C’est pour cela que l’État français a pris des mesures !

Depuis la loi du 17 août 2015, l’obsolescence programmée est interdite. Ce texte vise à réduire les déchets et la pollution liés à la surproduction et surtout celle engendrée par les biens volontairement conçus pour ne pas durer.

La France est le premier pays au monde à interdire cette pratique.

S’il est prouvé qu’un produit est victime d’obsolescence programmée alors l’entreprise qui le fabrique risquera une peine de 2 ans d’emprisonnement et de 300 000€ d’amende !

Mais (il y a toujours un mais…), il est difficile de prouver qu’une société utilise l’obsolescence programmée…

C’est pour cette raison qu’actuellement aucune entreprise n’a encore été sanctionnée pour cette raison.

Si nos gouvernants semblent bien impuissants, des actions à l’échelle individuelle peuvent prendre le relais.

Comment lutter contre l’obsolescence programmée ?

Ne tombons pas ici dans la caricature même si les solutions peuvent vous sembler un retour à des méthodes désuètes.

Il ne s’agit pas non plus de vous culpabiliser parce que peu de vos produits échappent à la logique de l’obsolescence programmée.

Même si vous n’êtes pas à l’origine de cette obsolescence, vous pouvez vous aussi vous impliquer et militer contre ces procédés !

Quelques solutions :

  • En réparant le produit défectueux au lieu de le jeter/changer quand cela est possible.
  • En recyclant quand cela est possible.
  • En privilégiant des produits d’occasion, idéalement vendus en France (Made in France ou non) ou mieux, des produits reconditionnés !
  • En passant le produit au contrôle technique régulièrement par anticipation pour qu’il reparte « comme neuf »

Lutter contre cette tendance s’inscrit dans une philosophie de consommation suivante : acheter moins, mais mieux avec des produits dont la durabilité est la plus longue possible.

Venons s’en au domaine qui nous concerne en tant que fabricant de matelas.

L’obsolescence programmée dans l’univers la literie

Dans l’univers la literie, il est généralement admis que la durée de vie d’un matelas est d’une dizaine d’années qui sonne un peu comme une fatalité.

Avant d’accepter cette affirmation, vous êtes-vous déjà interrogé sur d’éventuelles autres solutions qui échappent à cette air ?

Cette affirmation n’a rien de rien de répréhensible. Les (re)vendeurs de matelas n’ont rien à se reprocher aux yeux de la loi.

Loin de nous l’idée de leur faire un procès d’intention. Soyons clairs.

En revanche, dans votre for intérieur, cela ne vous dérange-t-il pas qu’un objet si essentiel à l’équilibre de la vie ne puisse pas vous accompagner plus longtemps ?

Nous avons une solution à vous proposer pour lutter contre l’obsolescence programmée : le matelas en laine.

C’est une technologie traditionnelle. Innovons sur la question de la durabilité en regardant du côté d’un savoir-faire qui s’est affiné depuis le 17e siècle.

À l’époque, le concept de l’obsolescence programmée n’existait même pas. La question ne se posait pas.

Le matelas durait des dizaines d’années grâce à des réfections de matelas régulières.

Progressivement nous avons commencé l’idée d’une espérance de vie du matelas de plus en plus réduite, jusqu’à arriver cette barre fatidique d’une dizaine d’années.

Mais pourquoi une telle régression devrait-elle être considérée comme normal alors qu’il existe des produits qui tiennent dans le temps ?

Le matelas en laine est une réponse à cette tendance qui voudrait nous faire changer de matelas de plus en plus souvent.

Le matelas en laine est une forme de résistance face à l’obsolescence programmée.

Pourquoi le matelas en laine échappe-t-il à l’obsolescence programmée ?

Car le matelas échappe aux formes principales de l’obsolescence programmée :

Une durabilité non limitée

La durée de vie d’un matelas en laine qui est fait dans les règles de l’art est comprise entre 8 et 12 ans.

Mais arrivé à cette durée d’utilisation vous ne jetez rien.

De retour à l’atelier d’un matelassier, il est démonté, recardé et remis à l’état du neuf.

Et ainsi de suite pendant au moins 60 ans.

Une performance en termes de confort de couchage s’inscrivant sur le temps long

Notamment grâce aux réfections régulières dont nous venons de parler.

Il y a une consistance dans l’apport du matelas en laine sur la qualité du sommier condition qu’il soit élaboré dans les règles de l’art.

Pas de nécessité d’une quelconque fidélité pour un autre type de matelas tant le matelas en laine fait partie des meilleurs options pour mieux dormir.

Une fibre durable et recyclable

Face à l’obsolescence technique, le garnissage du matelas en laine est à la base de son caractère du durable. La laine ne perd pas des atouts fonctionnels grâce à un contrôle technique régulier par la pratique de la réfection.

Petite astuce si vous souhaitez un matelas en laine sans avoir le budget d’un neuf : vous pouvez en trouver sur un site d’occasion comme Le Bon Coin et le faire réfectionner dans la foulée par un matelassier.

Certains fabricants de matelas comme les ateliers Le Briand mettent en place des programmes de recyclage.

Un esthétisme intemporel

Face à l’obsolescence esthétique, il a un même aspect extérieur immuable, source de souvenir pour certains.

La forme du matelas en laine ne bouge que peu pour lui donner un côté rassurant. Il a traversé les siècles sans perdre en performance.

Contre le sentiment de désuétude

Même si elle continue à s’affiner de manière incrémentale, la technologie traditionnelle de ce type de matelas a atteint un certain niveau maturité, ce qui annihile toute tentative d’une nouvelle version du matelas « révolutionnaire » qui vous donnera le sentiment de ne pas devoir la louper.

D’ailleurs, si vous sentez que vous dormez moins bien sur celui-ci, il est peut-être temps de le rénover.

Les avantages d’une telle démarche

Favorable au pouvoir d’achat : si vous devez renouveler moins souvent votre literie, c’est plus de budget pour d’autres postes de dépenses. Viser de tels produits a des impacts sur le compte en banque à plus long terme.

Préserver notre environnement :

  • en réduisant les déchets grâce à une durée de vie des produits plus longue.
  • en produisant moins.

Les impacts sur la planète de l’obsolescence programmée sont dramatiques. Nous sommes tous concernés, car c’est l’ensemble de notre modèle économique et social qui est menacé.

Cela en devient un compagnon de vie.

Il s’agit de créer une relation de confiance avec votre literie et éviter tous les tracas qu’implique le changement de literie.

Le matelas en laine se fait de telle sorte qu’il s’adapte à vous, y compris si votre besoin de confort change.

La réfection d’un tel matelas sert aussi à ajuster ses caractéristiques de confort.

Pour conclure sur le rapport du matelas en laine à l’obsolescence programmée

Au travers un savoir-faire français dont le résultat final va à rebours de l’idée selon laquelle la durée vie d’un matelas ou celle d’un sommier ne va pas au-delà d’une dizaine d’années (largement répandue de l’univers de la literie), c’est agir pour l’humanité, tout en étant à la hauteur de l’exigence qu’impose l’importance du sommeil comme pilier d’une vie équilibrée.

Avec un matelas en laine, il s’agit de ne pas laisser se normaliser une pratique qui ne sert pas l’intérêt collectif en influençant nos comportements individuels, souvent de manière inconsciente.

Les industrielles ont essayé d’imposer cette espérance de vie comme un horizon indépassable.

C’est en effet le cas de ce qui sort de leurs manufactures.

Sauf que la tradition n’a pas dit son dit mot. Le savoir-faire séculaire et français autour de la literie réussit à innover sur le terrain de la durabilité.

Le matelas en laine se refait pour durer plusieurs dizaines.

Il en va de même pour le sommier tapissier avec des intervalles entre chaque réfection différente.

C’est une autre façon de consommer.

Consommer moins mais mieux.

C’est d’ailleurs dans cette démarche que l’achat d’un matelas en laine doit être pensé sur le long terme.

Si financièrement l’achat d’une literie traditionnelle se fait plus durement sentir sur le budget, cet effort se transforme en économie sur le long terme.

Cette longévité a un impact positif et direct sur le prix d’usage d’une telle solution de literie. Nous vous expliquons la différence entre le prix d’usage et le prix d’achat d’une literie naturelle, traditionnelle et française.

Si vous hésitez encore entre les différents types de matelas, retrouvez pourquoi choisir le matelas en laine.

En savoir plus sur le matelas en laine de mouton


D’autres conseils et guides pratiques sur votre literie